Quelle réciprocité ?

Monsieur Jacques Vallat m’interpelle (courrier des lecteurs, 26 avril 2019), m’invitant à appeler les musulmans à porter une croix en signe de solidarité et par réciprocité, suite au massacre perpétré au Sri Lanka. À cela, je peux répondre d’abord en soulignant que les Nouvelles-Zélandaises qui ont porté le voile n’étaient pas seulement chrétiennes : des femmes de toutes convictions l’ont fait, y compris des athées et des agnostiques. Ensuite, les musulmans ne peuvent pas porter la croix, contraire aux enseignements du Coran, qui ne reconnaît ni la crucifixion de Jésus, ni la trinité, ni la divinisation d’un homme, serait-il l’illustre fils de Marie.  En revanche, une chrétienne qui porte le voile n’agit pas contre les préceptes de sa religion. Bien au contraire ! La vierge a toujours été représentée voilée. Et on trouve ce passage dans le Nouveau Testament : « Car si la femme n'est pas voilée, qu'on lui coupe aussi les cheveux. Mais s'il est honteux pour une femme d'avoir les cheveux coupés ou d'être rasée, qu'elle se voile. » (Bible, Corinthiens, 1, 11, 6) Verset qui doit certes être remis dans son contexte d’alors, mais qui nous renseigne sur certains aspects de la tradition du christianisme, ignorés aujourd’hui. Cela étant dit, toute notre compassion va aux chrétiens victimes de ces actes infâmes au Sri Lanka. Le terrorisme est l’ennemi de tous et tous nous devons le combattre, sans distinction de race, de couleur ou de religion.

 Hani RAMADAN

Directeur du Centre Islamique de Genève

Tribune de Genève, Courrier des lecteurs, 2 mai 2019

© cige 2007-2019 - Coordonnées bancaires : IBAN : CH18 0024 0240 3349 3800 Q  - BIC : UBSWCHZH80A