Réseaux sociaux et Islam

Les réseaux sociaux sont devenus un sujet central dans la vie du jeune musulman, mais de nombreuses questions se posent quant à la manière de les utiliser et d’en bénéficier.                                 

Un des aspects qui nous impactent le plus en ce qui concerne les réseaux sociaux, c’est le temps. Une utilisation modérée et ciblée peut nous servir, mais la réalité est que nombreuses sont les personnes qui passent un temps excessif dans ces plateformes, en gâchant leur temps.

D'après 'Abdu -Llah Ibn 'Abbas (que Dieu soit Satisfait de lui), le Prophète (Dieu le couvre de bénédictions et de paix) a dit : « Il y a deux bienfaits à propos desquels beaucoup de gens sont perdants : la santé et le fait d’avoir du temps libre. » Rapporté par al-Bukhârî dans son Sahîh n°6412. 

Le Messager d’Allah (que Dieu soit Satisfait de lui) pointe ici l’importance du temps. C’est pourquoi il faut savoir utiliser correctement ces outils et en faire un moyen de transmission du bien et de la bonne parole.                                                                                                                                                                            

Allah le Très Haut dit : « Par le Temps ! L’homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance. » Sourate 103, Al-‘Asr (Le Temps)

Comme dans la vraie vie, les attitudes et les comportements dans le monde virtuel doivent être conformes aux normes islamiques. Il n’y a pas de distinction entre le monde réel et le monde virtuel concernant la morale et l’éthique.  

L’impact du monde numérique sur les populations a gagné en importance, notamment avec une utilisation intense de l’outil internet. Cet impact sur l’opinion public se limitait autrefois aux journaux, aux radios et aux télévisions. L’apparition des smartphones a amplifié ce phénomène et les réseaux sociaux ont maintenant un poids réel, qui va même jusqu’à pouvoir exercer une pression très forte sur les individus et l’opinion publique.

Ainsi une fausse information peut très rapidement faire le tour du monde. Personne n’y échappe, jeunes comme vieux, hommes comme femmes, et tout le monde peut recevoir toute sorte d’informations vraies ou fausses. Et parfois sans que cela puisse être vérifié. Et je pense qu’on a tous un exemple en tête. 

Un musulman conscient est obligé d’examiner les informations et les nouvelles qui lui parviennent au filtre de la raison et de la vérité.                                                                                   

C’est dans ce sens qu’Allah le Très Haut nous ordonne : « Ô vous qui avez cru ! Si un pervers vous apporte une nouvelle, alors enquêtez afin que vous ne commettiez pas d’injustice envers des gens par ignorance, puis que vous regrettiez ce que vous avez fait. » Sourate 49 Al-Hujurât (Les Appartements), Verset 6.                                                                                                                                

De plus, d'après Abou Hurayra (que Dieu soit Satisfait de lui), le Prophète (Dieu le couvre de bénédictions et de paix) a dit : « Il suffit à la personne comme mensonge de transmettre tout ce qu'elle entend. » Rapporté par Muslim dans son Sahîh n°5.

L'impact des médias sociaux touche tous les aspects de la vie : les relations interpersonnelles, l'éducation, les affaires, la religion ainsi que les mouvements sociaux et politiques.

Les médias sociaux peuvent être comparés à un couteau. On peut les utiliser pour préparer des aliments qui vont nous nourrir ou comme une arme pour faire du mal à quelqu'un. Cela dépend de la manière dont on s'en sert. Ainsi, les réseaux sociaux doivent être utilisés à bon escient, afin qu’on profite de leurs avantages et qu’on délaisse ce qui n’est pas bénéfique.                                                                                                                                                                     

Par exemple, on peut entrer en contact avec de nombreux chercheurs et étudiants en science religieuse sur Facebook, Twitter et YouTube et en tirer un avantage considérable.

On peut suivre des pages qui proposent un contenu visant à enrichir notre culture islamique. 

On peut également rester en contact avec des membres de sa famille et des amis éloignés ou créer un réseau avec ses contacts professionnels via LinkedIn. Il faut néanmoins s’assurer que ses amis en ligne soient des personnes qui rappellent le bien et détournent de ce qui est mauvais pour soi.

D’un point de vue physiologique 

L'utilisation pathologique d'internet (provoquée ou exacerbée par l'utilisation des réseaux sociaux) est associée à des sentiments de solitude, de dépression, d'anxiété et de détresse générale. Le Manuel de diagnostic et de statistique des troubles mentaux (MDS) de 2013 envisage d'inclure le "trouble de dépendance à Internet" dans les troubles mentaux. Une étude réalisée en 2008 par l'UCLA a révélé que les internautes ont le cortex préfrontal fondamentalement altéré en raison du rythme rapide des réseaux sociaux, qui reconnectent les neurones autrement après une exposition répétée. A noter que le cortex préfrontal joue un rôle important dans les émotions et les troubles de l’humeur.  

Les enseignements à en tirer, après débat

Ne pas utiliser les réseaux dès son réveil, car notre cerveau fonctionne telle une cassette et a tendance à reproduire les mêmes comportements en boucle. Ainsi, une manière de ne pas utiliser son téléphone, c’est de se munir d’un réveil.  

Alimenter son fil d’actualité des réseaux uniquement avec un contenu qui nous rappelle le bien ou qui ne va pas à l’encontre des principes religieux et des règles éthiques islamiques. 

Ne pas prendre pour vérité des informations qu’on n’a pas pris la peine de vérifier. 

Utiliser les réseaux sociaux à des moments précis et pour une durée déterminée pour ne pas se perdre dans le flux d’informations. L’utilisation excessive a une mauvaise répercussion sur la santé. 

Effectuer des recherches précises sur les réseaux et ne pas rentrer sur ces plateformes sans un but défini.  

Si on n’arrive pas à suivre ces consignes, il faut s’écarter complètement de ces réseaux et en finir avec ces plateformes. 

Image


 Fait par des jeunes pour les jeunes.

LA JEUNESSE MUSULMANE

www.cige.org



© cige 2007-2022 - Coordonnées bancaires : IBAN : CH18 0024 0240 3349 3800 Q  - BIC : UBSWCHZH80A